La Terre de Feu : Juliette 34 ans, 75 Paris - Janvier 2012

Impression d’ensemble : extra, sans une ombre au tableau. Des paysages magnifiques, à la fois complètement sauvages et pleins d’âme. Un accueil adorable (le mot est faible) pour une rando à la fois intense et zen, pleine de surprises et de fous rires.

Les paysages : grandioses, surdimensionnés, d’autant qu'on a conscience en permanence d’être réellement au bout du monde. Faites "Bahia Thetis" dans Google Earth et vous verrez ! Renards, manchots, castors, guanacos, ibis, lions de mer… la surprise est au coin de la falaise et de la tourbière, on a parfois du mal à y croire.

L’intérêt culturel et historique : paradoxalement présent en filigrane tout au long de la rando dans cet environnement où la nature est pourtant reine. La péninsule a une longue histoire, faite d’explorations et de naufrages, d’industrie du lion de mer et d’élevage bovin, aujourd’hui abandonnés. La nature a repris le dessus mais les vestiges (et les bons petits veaux) disséminés ça et là sont là pour le rappeler.

L’intendance : quelques déconvenues avec Aerolinas Argentinas et les transferts à BA. Arrivée sans bagages à Ushuaia finalement sans conséquences, réglée de main de maître grâce à la gentillesse de la super famille Imbert. Les repas : Adolfo et Laura font tout et même mieux que ça pour améliorer l’ordinaire dès que c’est possible. Des surprises délicieuses qui font retomber en enfance dans des endroits où on ne s’y attend franchement pas ! Vous ne manquerez de rien, les steaks argentins géants ne sont pas un mythe, même au bout du bout du monde, et en plus ils se multiplient (rires). Pensez à embarquer bonbons et friandises à partager pour les journées à cheval, très bienvenus quand il fait un peu froid et pour soudoyer les enfants !

L’hébergement : impeccable, à Ushuaia (encore la famille Imbert !) comme à Buenos Aires.

Les guides : incontestablement pour beaucoup dans l’impression générale. Nous avons eu la chance de vivre l’aventure en famille avec "Los Imbert" (Adolfo, Laura, Agustin et Juancito), perles rares individuellement et collectivement, dans un mélange de professionnalisme impeccable, d’attention, d’harmonie et de bonne humeur permanents. Le reste de la famille à Ushuaia (Lucas, Florencia, merci pour votre soutien lors de l’épisode "bagages perdus"), en soutien logistique et hébergement, est parfait aussi.

Les chevaux : pleins de caractère et d’allant mais absolument fiables dans des terrains parfois scabreux.

Suggestions : pour les futurs randonneurs, équipez-vous chaudement pour la rando mais pensez à prendre une tenue légère pour affronter les températures parfois caniculaires à Buenos Aires, même si vous n’y restez que 24h à l’aller. Et voyagez léger pour soulager les chevaux, la place est contrainte et on a réellement besoin de peu. Pour BA, munissez-vous d’un plan général surtout si vous avez un Lonely Planet. Pour les trajets à BA, notamment en cas d’arrivée tardive, assurez-vous bien que le compteur du taxi est allumé avant de vous lancer. Pour Christophe, ne change rien ! Le mix franco-argentin (Argentins francophones qui plus est) dans notre groupe était un véritable plus, qui favorise beaucoup l’échange et la découverte.

NOTE : 20/20